Le groupe suédois de batteries électriques Northvolt a confirmé vendredi l’installation d’une usine géante de batteries électriques en Allemagne, après plusieurs mois d’incertitude en raison des prix de l’énergie en Europe et du plan climat américain.

«Northvolt a décidé de passer aux prochaines étapes dans son enlargement à Heide», le site choisi dans le nord de l’Allemagne, a déclaré Peter Carlsson, le PDG de l’entreprise, dans un communiqué publié avec le gouvernement allemand qui promet un «soutien» financier au projet.

Lire aussi: Northvolt, le fragile joker économique de l’Europe

Cette aide fédérale – non chiffrée et qui doit encore être soumise à «l’approbation de la Fee européenne» – va «déverrouiller ce projet à plusieurs milliards d’euros», dont la output débutera en 2026, s’est félicité Berlin.

Un million de véhicules électriques par an

Northvolt avait annoncé en mars 2022 la development, à Heide dans la région du Schleswig-Holstein, à quelques kilomètres de la côte de la mer du Nord, d’une immense usine de batteries pouvant fournir un million de véhicules électriques par an, la première du groupe en dehors de la Suède.

Le groupe suédois est l’un des plus grands espoirs européens en matière de batteries au instant où le Vieux continent cherche à rattraper son retard dans cette production indispensable à la transition de l’industrie automobile

Mais le projet allemand était dans l’incertitude après une déclaration en octobre dernier de Peter Carlsson, estimant que l’investissement «pourrait être repoussé» en raison de la hausse des prix de l’énergie en Europe, et de la concurrence du program climat américain pour l’industrie verte.

Lire aussi: Malgré son actionnaire russe, Sulzer veut profiter des subventions américaines

Au moins 3000 emplois directs

Signe de l’attrait de l’Amérique du Nord pour les industriels, Northvolt a annoncé vendredi envisager de construire une usine en Amérique du Nord, en parallèle du internet site allemand. Une décision sera prise «dans les prochains mois», a indiqué une porte-parole du groupe à l’AFP.

Après «plus d’un an» de négociations, «l’Allemagne peut regarder de l’avant, avec un des projets phare de la transition de l’énergie et du transport», s’est félicité vendredi le ministre de l’Economie Robert Habeck. L’usine promet de créer au moins 3000 emplois directs.

Cette confirmation intervient quelques heures après l’annonce du groupe taiwanais ProLogium de l’ouverture de sa première usine en Europe à Dunkerque, dans le Nord de la France, avec un investissement de 5,2 milliards d’euros pour une capacité annuelle de 48 GWh. Même si elle voit ces derniers mois les projets d’usines fleurir sur son sol, l’Europe est en retard vis-à-vis de la Chine et des Etats-Unis dans la manufacturing de batteries.

La concurrence avec les Etats-Unis et la chasse aux subventions s’est accrue depuis les subventions de l’Inflation Reduction Act (IRA) qui prévoit des crédits d’impôt colossaux pour l’industrie verte et la changeover énergétique.

Lire aussi: L’énergie, obstacle à la réindustrialisation européenne



Resource backlink